L'essentiel
Gel en gironde : « le chiffre d’affaires du vignoble devrait s’effondrer »

Le vendredi 5 mai, la Chambre d’agriculture de la Gironde organisait une réunion de crise pour établir l’état des lieux et faire des propositions. Selon la Fédération des grands vins de Gironde qui reçoit les déclarations de récolte, 65 000 ha sur un total de 115 000 ont été détruits dans le bordelais, soit 50% de la récolte perdue, le volume récolté passant de 5,4 à 2,7 M d’hectolitres. Selon Bernard Farges, président du Syndicat des bordeaux, « le CA du vignoble, qui est de 3,8 Mds/€, devrait s’effondrer » avec un manque à gagner de 1,9 Mds/€. La concurrence féroce menace, les négociants étant prêts à payer le prix fort pour assurer l’approvisionnement de leurs marques. Plusieurs centaines d’exploitations risquent de disparaître et les caves coopératives qui vinifient 25% de la production vont manquer de vin pour conserver leurs marchés. Toute la filière est touchée : « les CUMA ont annulé leurs commandes de machines et bloquent certains investissements » précise Bernard Solans, président de la FCVA. A moyen terme, les actions de promotion du CIVB vont régresser puisque le budget de l’interprofession est financé par les cotisations calculées sur les volumes. « Toutes les mesures existantes sont utiles et toutes sont insuffisantes » ajoute Bernard Farges. Il estime que le VCI est l’outil le plus efficace, mais il n’existera plus en 2018. Selon Hervé Grandeau, président de la Fédération des grands vins, les viticulteurs vont pouvoir mobiliser 370 000 hecto de VCI, ce qui devrait redresser le manque à gagner de 15%. Tous les dispositifs mobilisables sont enclenchés (assurances, mesures fiscales, report de cotisations, fonds d’allègement des charges, conventions de mise à disposition …). Céline Vuillet (VSB 1603-1604 du 12 mai 2017)