L'essentiel
Les appellations du Languedoc mieux valorisées

Les responsables du Conseil interprofessionnel des Vins du Languedoc (CIVL) sont rassurés. Ce dimanche, ils vont débarquer à Vinisud avec une brassée de bonnes nouvelles. Pour les AOC, la baisse de la récolte tellement redoutée s’annonce plus modérée que prévue : 1,250 Mhl soit - 6 %. Une baisse quasiment supportable, même si les clients en réclament toujours plus. La vendange 2017 couvre 93 % des besoins. Pour les IGP, la pente est plus abrupte : - 22 % à 1,108 Mhl soit 83 % des besoins. « Mais, les stocks dans les cuves permettront de tenir les marchés » estime Jérôme Villaret, délégué général du CIVL. « Surtout nous constatons une véritable dynamique dans les IGP de territoires, de Carcassonne, du Pont du Gard, ou de Thongue par exemple. Cette dynamique complète celle des AOC du Languedoc », ajoute Xavier de Volontat, président du CIVL qui espère que l’embellie des appellations se prolongera pour permettre à de jeunes viticulteurs de s’installer. En dix ans, les cours du vrac ont été multipliés par deux (Corbières, Minervois...) pour se situer autour de 140 €/hl avec un objectif plancher à 150 €/hl à court terme. La révolution des prix est encore plus palpable dans les linéaires avec une très forte montée en valeur du « prix public ». Depuis 2012, on assiste à une baisse constante des entrées de gamme (moins de 3 €), à la stagnation, voire à la baisse légère dans la tranche de 3 à 4 €. Et surtout à la montée en puissance continue depuis cinq ans des bouteilles entre 4 et 5 € (6 millions de cols en 2017) et à l’envolée de celles au-dessus de 5 € dont les livraisons ont plus que doublé en cinq ans (7,4 M de cols en 2017). Christian Goutorbe (VSB 1634 du 16 février 2018)