L'essentiel
Vignerons Indépendants  : 18 propositions pour les candidats aux élections de 2017

On sait que plus rien ne se passe, ou presque, en période électorale. C’est donc au futur chef de l’Etat mais aussi aux nouveaux parlementaires qui siégeront en 2017 que le syndicat des Vignerons Indépendants - qui tenait salon cette semaine à Paris – a adressé un livre Blanc intitulé « propositions pour l’avenir ». 18 propositions - qui vont de l’allégement et de la simplification des contraintes administratives et fiscales à la maîtrise du risque climatique, en passant par une réforme du compte pénibilité, considéré comme inapplicable par le syndicat. Un « programme » élaboré par ce jeune syndicat (fondé en 1978) qui, a rappelé Thomas Montagne, son président, représente 7000 adhérents, 55 % de la viticulture française en volume, 2,6 Mds de CA (chiffre 2015), en croissance de 12% sur 2 ans, réalisé au ¾ à l’export et dont en moyenne chaque membre emploie 4,2 ETP et 10 saisonniers (au total 68% des ETP de la filière)… « Un poids économique bien plus important que notre poids syndical », souligne-t-il. Parmi les 18 propositions*, le syndicat demande pour réduire les effets les aléas climatiques la possibilité donnée aux vignerons de constituer une année de réserve de précaution (en nature et en deçà du rendement) défiscalisée qui compléterait le VCI. « La véritable assurance est d’avoir une récolte d’avance pour lisser le stock et les risques commerciaux » considère Thomas Montagne. Coté assurance encore, les VIF vont porter, devant les instances européennes, dans le cadre du 1er pilier de la PAC, un dossier déjà présenté en 2011.**  (*Disponibles sur le site www.vignerons.indépendants.com ** Lire VSB n°1346 du 1er juillet 2011)
Pierre d’Ornano (VSB 1583 du 2 décembre 2016)