L'essentiel
L’union sacrée contre les Bibs de vin espagnol

Tous les acteurs de la production et du négoce des vins IGP et sans IG espèrent rencontrer rapidement leurs homologues des centrales et de la grande distribution pour trouver une issue à l’imbroglio des vins d’Espagne. C’est-à-dire avant la fin du mois de février. L’objectif est que la production française trouve sa juste place dans les rayons des bag in box et notamment la production régionale d’Occitanie qui représente aujourd’hui un  volume global de 7 millions d’hectolitres pour les différentes IGP. Le vendredi 3 février dernier, les responsables de la filière ont animé une « Historique » séquence de concertation avec les grands metteurs en marché régionaux (Grands Chais de France, Maison Castel, Vinadeis et Maison Jeanjean Languedoc). Cette réunion au sommet tenue au siège du syndicat des producteurs  du Pays d’oc près de Montpellier était destinée à  sonder les partenaires alors que les sorties de chais  enregistrent, dans le sud de la France un retard inquiétant à fin janvier, de l’ordre de 400 000 à 500 000 hectos, après un début de campagne timide sur les IGP et surtout sur les vins sans indication géographique. Dans le même temps, on note des entrées très importantes de vins espagnols dans le prolongement de l’augmentation enregistrée pendant l’année 2016. « J’ai quitté cette réunion rassuré car nous sommes tous sur la même longueur d’ondes. Producteurs comme négociants allons œuvrer ensemble pour trouver des solutions à court terme, à condition que l’on rencontre rapidement la grande distribution » explique Jean Marie Fabre, président des vignerons indépendants d’Occitanie. Christian Goutorbe (VSB 1590-1591 du 10 février 2017)